GODS OF MOLENBEEK ET LA CHANSON BELGE AU CONCOURS EUROVISION 2019

Notre 2ème article et un petit résumé sur la Cérémonie d’Ouverture de la 50ème édition du Festival du Cinéma International Visions du Réel 2019. Un très beau film présenté lors de ce festival : Gods of Molenbeek. Une célébration très surprenante et émouvante s’est déroulée hier soir au Théâtre de Marens. Ce lieu était plein à craquer.

Le théâtre de Marens. Source photo : office du Tourisme de Nyon

De nombreux discours se sont déroulés pour fêter cet événement, avec de nombreux orateurs. La liste fut très longue : Alain Berset (Conseiller fédéral et Ministre de la Culture), Claude Ruey (l’avant dernier président exécutif de ce festival), Nuria Gorrite (Présidente du Conseil d’Etat vaudois), Emilie Bujès (actuelle présidente du Festival Visions du Réel, Daniel Rossellat (syndic de Nyon), etc. Cette soirée fût l’occasion de revoir tous les présidents du festival Visions du Réel depuis ses débuts (et oui ce festival ne s’appela pas toujours comme cela. Il s’appela au début : Festival International de cinéma documentaires de Nyon),

Gods of Molenbeek (Finlande, Belgique, France), 2019. Réalisation : Reetta Huhtanen)) :

Un superbe film qui raconte l’histoire de 2 familles qui vivent dans un quartier de Bruxelles. Cette partie de Bruxelles est tristement célèbre pour les attentats qui s’y sont déroulés très récemment. Aatos, un petit garçon, qui rêve d’un monde meilleur, nous fait vivre son quotidien avec sa mère finlandaise et son père chilien. Ce petit enfant se lie d’amitié avec un petit musulman. Des dialogues très spontanés interviendront entre ces 2 enfants. Des échanges d’enfants d’aujourd’hui avec des réalités sur le monde qu’ils se créent. Des images parfois très crues. Gods of Molenbeek sera projeter une 2ème fois demain au Festival Visions du Réel à 16.00.

Voici un extrait de cette oeuvre :

Eliot (Belgique, Concours Eurovision 2019)

Eliot le représentant belge de cette année.

Eliot avec ses 18 ans, est un des plus jeune représentant du Concours Eurovision de cette année. Il termine actuellement ses études secondaires au Collège Saint-Stanislas de Mons, en Belgique. C’est d’ailleurs dans le Hainaut que le chanteur a passé toute son enfance et qu’il vit encore aujourd’hui. « Je suis né à Mons, j’habite à Mons et je vais à l’école à Mons« , nous confiait-il ce matin en studio.

Si le visage d’Eliot vous est familier, c’est sans doute que vous avez regardé la septième saison de The Voice puisqu’il y a fait un passage remarqué. Lors des auditions à l’aveugle et alors qu’il n’a que 17 ans, il interprète le titre « High Hopes », du groupe anglais Kodaline. Un morceau qui colle tout à fait au style qu’il affectionne puisqu’il le qualifie de « pop-rock ».

Il convaincra tout de même deux coachs : BJ Scott et Slimane. Il choisira le premier qui l’emmènera jusqu’au premier prime en direct. Il confessera ensuite que cette expérience lui aura apporté « beaucoup de bonus« . « Tant au niveau artistique que personnel, ça apprend beaucoup. À gérer son stress, à avoir confiance en soi,… » On espère donc que le jeune homme ne sera pas envahi par le stress au moment de se lancer sur la scène de Tel Aviv.

Multi-instrumentiste, Eliot a plongé dans la musique dès ses sept ans, en titillant les cordes d’une guitare. Il complète ensuite sa palette en apprenant le chant puis le piano qu’il pratique grâce à « des tutos sur Internet« .

Tout comme pour le titre « City Light », qu’interpréta Blanche en 2017, c’est Pierre Dumoulin, le leader du groupe Roscoe, qui a composer le morceau belge de 2019. « Dès que j’ai vu la prestation d’Eliot à son Blind, j’ai senti qu’il avait ‘ce truc en plus’ que je recherche chez un artiste, cette sensibilité et cette fêlure qui sont nécessaires pour transmettre l’émotion« , a-t-il déjà déclaré.

« Si je pouvais percer dans la musique, ce serait super. En faire mon métier, ce serait encore mieux« , répondait Eliot, évoquant ses ambitions après son éviction de The Voice. Nul doute que le coup de projecteur que représente l’Eurovision pourrait être un sacré coup de pouce pour le jeune homme. Un parcours qui commence à ressembler à celui du chanteur, à ces débuts, Loïc Nottet, qui participa au Concours en 2015, à Vienne.

Source de l’article sur Eliot : le site de la RTBF

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *